Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alain Marçais :

  • : Alain Marcais
  • Alain Marcais
  • : J'ai créé ce blog pour émettre et recevoir des commentaires sur les actualités économiques, sociales et politiques locales, régionales et nationales. C'est surtout un moyen de proposer des actions pour aider à résoudre les différentes difficultés de la vie quotidienne.
  • Contact

Mon blog sur votre mobile

Recherche

Me contacter

enveloppe2

28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 19:03

Après ce week end des 9 et 10 juillet qui a vu l’organisation du Savoie Rock Fest déplacée du stade de La Bathie à la Halle Olympique d’Albertville, du fait de l’occupation illégale du terrain de sport de La Bathie par les gens du voyage, et suite aux conséquences dramatiques pour l’organisateur (très bien décrites par l’hebdomadaire La Savoie) nous devons déduire les enseignements pour l’avenir.

Il y a deux avenirs en jeu : l’avenir en matière d’organisation d’évènements par les associations et l’avenir des musiques rock sur le plan local. En temps qu’adjoint à l’évènementiel à la mairie d’Albertville ces deux sujets me concernent.

L’organisation d’évènements :

Nous avons la chance d’avoir, à Albertville et son bassin, un tissu associatif dense. Même si, en général, les effectifs des associations ont tendance à « prendre des années » - ce qui est un phénomène tout ce qu’il y a de plus naturel – on observe ces dernières années une forte implication de jeunes gens, garçons et filles pour organiser des évènements destinés à un public de la même génération. C’est une grande chance aussi !

Après une ou deux premières réussies, la tendance est rapidement à mettre la barre plus haut, parfois très haut. A ce sujet je suis surpris par l’attitude des publics, jeunes et moins jeunes, aujourd’hui, d’avoir un intérêt marqué, dans les domaines aussi bien sportifs que culturels, surtout pour les acteurs (groupes musicaux ou athlètes sportifs) de grande notoriété : l’addiction au star système ! …alors que nous avons d’excellents groupes musicaux locaux, d’excellente troupes de théâtre amateur, d’excellentes équipes sportives locales …tous plus ou moins en manque de public !

Bref, le fait de mettre la barre très haut entraîne un budget prévisionnel élevé. Par définition le risque est aussi élevé (un week end pluvieux, un autre évènement concurrent non escompté au départ …etc) et il doit être étudié et « compensé », même si on ne peut pas toujours tout prévoir.

Il y a plusieurs approches pour minimiser les risques :

·         D’abord, la plupart du temps les associations organisatrices sont demandeuses de subvention. Les dossiers de demande de subvention sont étudiés en commission par les élus et services municipaux. Le devoir est d’alerter sur la capacité ou non capacité de l’association à gérer l’évènement proposé. Je participe personnellement à de nombreuses AG d’associations organisatrices d’évènements et on peut souvent m’y entendre dire que « même si les statuts de l’association sont ceux de la loi 1901, sans but lucratif, et même si je suis un représentant des élus donc de ceux qui allouent les subventions, il n’y a pas de honte – bien au contraire – à avoir en trésorerie l’équivalent d’au-moins 50% du budget prévisionnel ». C’est la première « couverture » du risque.

·         Ensuite il faut veiller à être bien assuré. C’est vrai, comme le dit Allan Plan – responsable du Savoie Rock Fest dont j’apprécie la volonté, le courage et le sens de la responsabilité – les assurances ne couvrent pas tout. Au moment de la négociation et de la signature d’un contrat d’assurance il faut prendre son temps, peut-être s’entourer d’organisateurs ayant vécu des expériences heureuses et surtout malheureuses. Ce contrat n’a qu’un but : répondre à « l’accident ». Les collectivités publiques ont peut-être un rôle à jouer en matière d’assurance : pourquoi pas une négociation globale avec un assureur, par la commune, pour plusieurs (tous ?) évènements organisés par les associations de sa juridiction ?

·         On minimise les risques aussi en constituant un collectif d’associations pour organiser un évènement. Ce n’est pas évident tant chaque association tient à son image et son espace de liberté !

·         Enfin, avoir un réseau « d’amis » peut aider après une « défaillance ». Ce n’est pas le tout d’être ami sur facebook, encore faut-il être solidaire dans le monde réel ! Dans le cas de Savoie Rock Fest et Allan Plan (je lui ai passé le vendredi 9 juillet à 19h29 un sms « lui souhaitant une bonne réussite » …mais il devait déjà être très inquiet !), je sais que dans le monde de la musique rock ils ont de nombreux amis et j’attends de ces derniers qu’ils mettent en œuvre le soutien dont Allan et son équipe ont besoin.

Les musiques rock à Albertville :

Nous nous sommes attachés à conforter et développer un évènementiel pour les jeunes …surtout suite à leurs initiatives que nous encourageons. En effet, nous avons besoin d’une offre large en matière de spectacles. Dans leurs domaines respectifs, l’ADAC et les Rencontres Musicales offrent une palette large de spectacles …très appréciés par les adultes. Les plus jeunes n’ont pas une offre qui corresponde vraiment à ce qu’ils recherchent aujourd’hui. Entre des soirées de temps en temps au bowling, de temps en temps en discothèque, ils souhaitent, par exemple, avoir des concerts rock.

Continuant l’existant, il y a le « Tremplin », dont l’opérateur est « l’Oreille Clandestine », association qui a dû arrêter il y a 2 ans le festival « Rock au Fort », pour les mêmes raisons que celles que rencontre Savoie Rock Fest aujourd’hui. Le Tremplin vise la promotion des meilleurs groupes locaux et à les aider dans la suite de leur carrière.

L’association ADN, organisatrice du festival D-Viation, a innové avec une « Urban Session » l’an passé. Le week end du 20 novembre ADN nous propose un super festival rock à la Halle Olympique, le « Red Zone Hall Fest » ! Merci à l’infatigable Alain Padovan …et à son équipe !

Le 27 novembre l’Oreille organise une soirée rock à la Pierre du Roy.

Le week end du 20 janvier 2011 nous aurons la deuxième soirée rock électro organisée par Upperkut, après son premier succès cette année « Unbreakable ».

En fin de saison ski, Elise Picot et son équipe nous proposeront une deuxième édition de l’Eco Jib Fest, mêlant harmonieusement glisse et musique rock.

En conclusion :

Le rock local n’est pas mort. Mobilisés, les jeunes nous proposent et organisent des festivals musicaux et sportifs d’excellente qualité. Ils sont super motivés et assez nombreux !

Nous devons les aider à se protéger des risques : c’est en allant au feu qu’on se brûle mais parfois la brûlure est trop forte. Et quand je dis « nous », je pense aux collectivités mais aussi aux amis du monde virtuel (dont je fais partie) : c’est maintenant qu’il faut mettre en œuvre l’amitié solidaire !

Enfin, les associations albertvilloises organisatrices d’évènements courant de gros risques ne sont pas que des associations de jeunes ! Nous avons certaines de nos associations « adultes », et non des moindres, qui sont dans des cas de figures assez semblables.

Partager cet article

Repost 0

commentaires