Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alain Marçais :

  • : Alain Marcais
  • Alain Marcais
  • : J'ai créé ce blog pour émettre et recevoir des commentaires sur les actualités économiques, sociales et politiques locales, régionales et nationales. C'est surtout un moyen de proposer des actions pour aider à résoudre les différentes difficultés de la vie quotidienne.
  • Contact

Mon blog sur votre mobile

Recherche

Me contacter

enveloppe2

24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 17:43

Dans son numéro du 13 août l’hebdomadaire la Savoie interroge notre ami Laurent Gachon, dynamique directeur de Red Zone et partenaire d’associations culturelles de notre ville. Dans une de ses questions le journaliste parle de « traversée du désert ». En charge de l’évènementiel, et en relation étroite avec les équipes d’élus et personnes des services de la ville aussi concernés, je me dois de communiquer les informations qui vous confirmerons, ce que vous saviez déjà, à savoir la richesse culturelle de notre ville ! Quoique !? Quoique selon le point de vue duquel on observe, parler de « creux de la vague », pour employer l’expression de Laurent Gachon, n’est peut-être pas complètement inexact.

En matière de loisirs culturels je m’attache à distinguer les pratiques et les évènements. L’un ne va pas sans l’autre : la population d’Albertville et du bassin a besoin d’exprimer ses multiples talents mais aussi, comme les visiteurs d’assister à des spectacles de qualité.

Grâce aux acteurs institutionnels, associatifs et privés les pratiques culturelles possibles sont nombreuses, en complément aux activités proposées en milieu scolaire :

- musique : EIMD (école intercommunale), Harmonie, Réveil albertvillois, Music Access …,

- théâtre : Acamtare, la Mouette, Etéroclit, La porte qui claque…

- lecture : médiathèque…

- cirque : Avant-garde…

- danse : EIMD, Salvadanse, Fantasia, Rythme et mouvement…

- peinture : la Palette…

- calligraphie : la Main et la Plume…

Il est évident que certaines formes d’expression artistique souffrent de difficultés, voire de manques importants de moyens, nous en avons bien conscience. Nous manquons notamment de salles suffisamment grandes pour permettre la pratique de la danse, pratique de plus en plus populaire. De nombreuses associations sont dans l’attente d’une salle …et pourtant notre ville dispose de nombreux gymnases, mais là aussi ils sont déjà insuffisants pour les sportifs, notamment l’hiver. Les élus - dont Marie-France Petit-Louppe, Gaël Hermès et moi-même – et les services de la ville – dont Jean-Luc Persico, Aurore Antonioli, Nathalie Goyet et François Horig – travaillons à optimiser les horaires d’occupation.

D’autres manques de moyens me préoccupent davantage, ils concernent la tranche d’âge 18-25 ans :

- certains de ces jeunes aiment, par exemple, pratiquer les musiques amplifiées ou le hip-hop : ils n’ont d’autres ressources que de s’exercer dans le garage de leurs parents ou des parents des copains. Nous n’avons pas de salles de répétitions à leur proposer ! A ce sujet l’initiative de Jean-Marc Brunet qui prévoyait, outre des salles de répète, une petite salle « tremplin », était excellente. Malheureusement nous n’avons pas réussi à optimiser une coordination avec lui, et j’en fais amende honorable. J’aimerais qu’une telle occasion de coopération public-privé se représente.

- autre exemple : la majorité des jeunes de cette tranche d’âge (et les moins jeunes !) aimeraient ne pas faire une centaine de kms pour se retrouver à danser les vendredis et samedis soirs, et courir le danger d’accident de la route après une soirée fatigante. Là aussi cette pratique culturelle (et sportive !) n’a, pour l’instant, pas pu voir le jour, si je peux me permettre cette expression. Ce n’est pas faute de ne pas avoir recherché avec quelques entrepreneurs le lieu idéal. Des possibilités existent à proximité de notre ville mais ils ont en commun avec les lieux d’hébergement des gens du voyage d’être rejetés par certains habitants et certains élus de certaines communes voisines.

- enfin des pratiques picturales comme le tag, ou autres dessins sur grandes surfaces, ne sont pas possibles. Espérons qu’avec l’ouverture des prochains grands chantiers (Hôtel de l’intercommunalité, hôtel des finances) les palissades permettent de s’exercer.

Les animations et spectacles culturels sont très nombreux à Albertville et remportent un large succès. Puisque la question posée à Laurent Gachon mentionne les festivals, c’est par eux que je vais commencer :

- le succès du festival de Musiques Militaires se reproduit d’année en année grâce à l’excellent et énorme travail du comité des fêtes et de son équipe de bénévoles. Certains visiteurs viennent de loin pour y assister et séjournent dans les hébergements locaux.

- le festival des Rencontres musicales a fait, cette année encore, pratiquement salle comble à chaque spectacle

- idem pour les étapes albertvilloises des festivals « Nature en Bauges » et « Baroque en Tarentaise »

- je n’ai pas besoin de rappeler ici le succès du Grand Bivouac (et des « petits bivouacs » intermédiaires)

- le festival de la chanson italienne est aussi très apprécié

Comme le dit Laurent il y a un potentiel énorme en matière d’évènementiel culturel à Albertville et nous devons profiter de ce potentiel. Nous disposons de quelques lieux « magiques », en particulier Conflans, longtemps « délaissé » mais que nous nous attachons à faire revivre :

- nous avons créé l’an passé La fête médiévale où environ 4000 personnes se sont déplacées. Nous avons estimé cette année de notre devoir de faire une fête historique avec « coloration cent cinquantenaire de l’annexion de la Savoie à la France » (j’utilise le terme historique, le terme « rattachement » jugé plus politiquement correct n’étant utilisé que depuis 1960). Peu de candidats se sont proposés à vouloir monter une telle fête, beaucoup moins évidente qu’une fête médiévale. Parmi eux, Cisame Production a bien voulu relever le challenge et nous les remercions, d’autant plus qu’ils ont été obligés de répartir la déco sur deux sites au lieu d’un, le banquet historique, la veille - en supplément par rapport à l’an passé - n’ayant pas pu avoir lieu sur la Grande Roche à Conflans comme prévu. Malheureusement le temps pluvieux n’a pas permis de sortir toutes les animations prévues.

- de plus en plus de succès aussi pour les « histoires d’un soir » dans les rues de Conflans. Il faut envisager au-moins une séance de plus l’an prochain pour ce qui devient un « rendez-vous ».

- une première cette année à mentionner : les Théatrades ! 50 jeunes allemands, italiens, québécois et français réunis pendant 10 jours, hébergés au CIS et montant un final de spectacle sur la place de Conflans. N’est ce pas ça le meilleur côté de la mondialisation ? Si Italiens, Allemands et Français devait avoir un meilleur sentiment d’appartenance à l’Europe, ces 10 jours de rencontre et travail en commun ont été plus efficaces que bien d’autres actions.

- une autre première : l’ouverture gratuite du musée le premier dimanche du mois.

- les services techniques de la ville sont extrêmement pris par toutes ces animations et j’en profite pour les remercier. Ils ont, en outre, rapidement répondu à notre souhait de voir aménagée la première terrasse du château Manuel de Locatel et le succès remporté la semaine passée lors de l’animation musicale avec la formation « la Cuivrerie » prouve combien cette décision est heureuse.

- toujours à Conflans nous avons participé à installer pour tout l’été des artisans d’art, dans deux locaux se faisant face sur la place. Et nous avons bien l’intention de profiter de toute opportunité pour continuer à ramener la vie sur Conflans.

- une remarque s’impose en ce qui concerne un aspect important de notre patrimoine, il s’agit de notre patrimoine culinaire : pour que celui-ci continue à être mis en valeur en toutes saisons, à Conflans, il est nécessaire d’en faciliter l’accès et d’élargir la plage horaire d’ouverture des bornes. C’est à discuter et négocier dès cette rentrée, encore faut-il qu’il y ait l’existence d’un réel patrimoine et la volonté de le mettre à disposition des visiteurs.

Il n’y a pas que Conflans ! L’autre chance de la ville a été d’avoir eu les Jeux olympiques et un équipement culturel exceptionnel.

- le programme du Dôme – concerts, théâtre, danse… - géré par l’association l’ADAC, est exceptionnel, pendant les saisons où les soirées d’intérieur sont plus agréables. Ce programme est d’ailleurs souvent accompagné de sessions d’encadrement de pratiques culturelles. Je conviens que nombre de nos concitoyens jugent la programmation trop « élitiste ». La partie du programme « chemins d’artistes en Savoie », le programme « off » si je puis dire, semble permettre une audience plus large et plus populaire. A nous de compléter l’offre grâce à nos autres salles, notamment en matière d’opérettes – il y a d’excellentes troupes en Rhône-Alpes – de théâtre de boulevard et de jazz.

- la soirée pour « les copains de Jojo », est aussi particulièrement appréciée, elle fait le plein du Dôme !

- le concert de l’Harmonie en décembre est un moment très agréable.

- La halle olympique est un équipement « lourd » à gérer pour l’intercommunalité et depuis la mise en service du Phare – dont Chambéry avait bien besoin – la programmation n’est pas évidente. L’avenir non plus. Un groupe travaille à cet avenir, j’en fais partie ; les travaux avancent. Il faut aussi avoir conscience que tout projet intéressant coutera cher et que les dotations financières aux collectivités sont amputées de 11 milliards par le gouvernement actuel !

Il convient de citer nos autres salles culturelles, telles la salle de Maistre (où la rénovation des fauteuils devrait bientôt avoir lieu) et la salle de la Pierre du Roy où d’importants travaux ont eu lieu cet été.

- nos troupes amateurs produisent à la salle de Maistre, toute l’année, des pièces de théâtre toutes plus merveilleuses les unes que les autres …trop souvent devant un désert de spectateurs !

- par contre, hors les Théatrades évoquées ci-dessus, la création du festival (encore un festival !) « Envie de scène » alternant les pièces jouées à la salle de Maistre et les pièces jouées au Dôme a été un réel succès.

- le Réveil Albertvillois nous captive tous les ans avec une prestation de qualité …réservant quelques belles surprises

Les animations culturelles ne sont pas réservées à des sites « dédiés », bien d’autres lieux s’y prêtent, entre autres la rue et les places (fête de la musique, illuminations et animations de fin d’année), les maisons de retraite, quelques bars …bien qu’il nous manque toujours un piano bar !

Dans les perspectives ajoutons la convention que nous venons de signer avec St Bon-Courchevel pour une complémentarité en matière d’évènementiel et une coopération qui se développe avec Les Saisies.

Mais, de même que pour les pratiques culturelles ce sont les 18-25 ans qui sont les parents pauvres en matière d’évènementiel. La musique qu’ils aiment est peu proposée, en tous cas sur le bassin albertvillois. Les différents initiateurs, des « battants », ont connu des difficultés (voir mon article « Savoie Rock Fest et l’avenir » du 28 juillet), je pense à Alan Plan (Savoie Rock Fest à La Bathie) et à l’équipe de l’Oreille Clandestine (un peu moins jeune).

A Albertville il y a toujours des « battants » (Alain Padovan, Gildas et l’équipe ADN, Jean-Charles Caire, David de Souza et l’équipe Upperkut, Elise Picot et l’équipe Eco Jib Fest, Cisame Production et l’équipe des Tributes… ) et je me suis attaché à les aider avec les moyens dont nous disposons. Ainsi ils ont pu monter l’Urban Session (en plus de D-viation, Unbreakable, première soirée électro à Albertville, la contest skate + musique au skate park, l’eco jib fest en partenariat avec la halle olympique, les Tributes Mickael Jackson …etc. Malgré ces nouveautés ce n’est sans doute pas assez mais on ne peut contester l’effort de la ville en la matière.

J’ai omis de mentionner beaucoup d’autres pratiques et animations culturelles, qui sont plus de la responsabilité de Marie-France Petit-Louppe, Nicole Martin et Gaël Hermès, même si ceux-ci sont déjà aussi parties prenantes des actions précédemment mentionnées.

En conclusion, l’offre culturelle (pratiques et évènementiel) devient extrêmement dense sur Albertville ! Nous ne sommes pas en train de « traverser un désert » mais de « vivre dans une oasis » encore faut il que nous puissions tous y trouver notre place ! A ce point rendu l’intervention des acteurs privés est extrêmement bienvenue et ils nous trouverons toujours à leur côté pour des initiatives dont nous partageons les valeurs. Le Red Zone Hall Fest en est un excellent exemple et que Laurent Gachon en soit vivement remercié !

Si nous pouvons encore plus coopérer c’est tant mieux ! Un clin d’œil à Laurent : à quand la Red Zone discothèque ? …La Red Zone Nuit Blanche ?

Dernière remarque : c’est volontairement que je n’ai pas évoqué un autre volet lié à notre image olympique et au positionnement géographique de notre ville, un potentiel important à développer, …mais un prochain article de la Savoie ce vendredi y sera consacré.

Partager cet article

Repost 0

commentaires